baniere

Centre de Yachting à Voile de Pareloup - Aveyron

Au bord du lac de Pareloup

Au milieu du Lévézou, massif central de l'Aveyron, lui même au sud du massif central, au bord de la commune de Salles-Curan, le lac de Pareloup est un lac de barrage (altitude : 805 m) mis en eau par EDF en 1952. Sa superficie est de 1200 hectares. C'est un site magnifique, entouré de lieux touristiques qui ne le sont pas moins: Conques, Gorges du Tarn, de la Dourbie, l'Aubrac, la vallée du Lot, les  grands Causses, les Cévennes, pour les plus connus. Les paysages, la faune et la flore sauvages sont un enchantement permanent;  vautours, aigles et autres oiseaux raviront les ornithologues, les orchidées les botanistes. Les pêcheurs taquineront les carpes, sandres et brochets géants du lac, comme les truites des rivières et ruisseau. Les randonneurs ne seront pas en reste.

Pour en savoir plus : https://www.tourisme-aveyron.com/fr/informations-pratiques/offices-tourisme-aveyron

Le climat du lac est aussi agréable à la belle saison qu'il est rude en hiver. En été les journées sont généralement belles et bien ensoleillées, parfois chaudes mais grâçe à l'altitude les nuits restent agréables et douces; les vents dominants de nord ouest et du sud sont très favorables à la navigation à voile.

Le CYVP est situé dans une anse protégée du lac. La sérenité et la beauté du site sont remarquables. L'eau du lac, d'une grande propreté et d'une température agréable en été, invite à la baignade. Au bord de l'eau, un chêne ancestral offre son ombre à ceux qui préfèrent tout simplement s'asseoir pour profiter de la lumière et observer les manoeuvres des voiliers. Les jours de régate, le simple plaisir d'être là est partagé par les spectateurs, petits et grands.

 

Le lac de Pareloup

Le lac de Pareloup, la mer à la montagne,  est tellement magnifique qu'on peut oublier l’altitude qui empêche d’utiliser le lac 7 mois sur 12.

Le matin, les navigateurs guettent ces premières risées pour savoir si la journée de voile sera belle. Le vent dominant de Nord Ouest monte en puissance au fil des heures pour permettre les après midi d’organiser de belles régates… ou tout simplement partir « au près » chaque embarquement étant une nouvelle aventure, passer le « goulet » remonter jusqu'au barrage, passer derrière « l’île aux serpents », à l’abri du vent et soudain reprendre la brise « au travers » et , sur un flotteur repartir « au planning » vers la base, heureux comme des gosses qui viennent de jouer un bon tour…

Quand le vent monte, quand le lac devient tout blanc, quand les vagues se creusent, c'est l'heure des véliplanchistes.

Une photo de Françoise Lannes, un quinze août

Infos pratiques